Essai Volkswagen Golf 8 R par Beef

Essai-vidéo chez Mountain Drivers

La Golf 8R au paradis du bolidage ça dit quoi ?

Petit rappel, j’aime bien avoir une 4RM dans le garage. C’est la sérénité l’hiver dans les montagnes et la montée en station se fait tranquillement quoi qu’il arrive ou qu’il tombe sur la route.

La première à avoir inauguré la série a été une 325 ix E30, la célèbre série spéciale « Sautier » (bon ça y que Hervé, le co-fondateur de l’EDG Racing avec moi, pour comprendre) et plein se sont succédées. Et même, je l’avoue, un 4fois4 diesel … mais boîte méca quand même !

Et puis la série des sub et mitsu m’a montré qu’on pouvait aussi avoir une caisse vraiment sympa entre novembre et avril par chez nous !

Alors soyons clair, une bonne traction, avec des bons pneus neige, voire même une propulsion fera le taf dans 95% des situations. L’intégrale c’est pour les 5% et aussi parce qu’on peut trouver des intégrales sympas.

Ma dernière Subaru WRX STI 12 était top malgré un moteur peu spectaculaire et des freins légers. Après sa vente, j’ai beaucoup cherché pour trouver une remplaçante. J’ai fait une saison avec la Civic Type R en pneus neiges, et bien sûr ça le fait. Mais je voulais mon intégrale …

Et là ya plus grand-chose de qualité : les subs sont devenues rarissimes en bon état, les mitsu c’est quasi introuvable … Je n’ai pas envie d’audi ou de 4 matic … Bref, passons les heures de pignole pour arriver à la shot list : BMW M140 xdrive et Golf 8R. J’ai fini par choisir la Golf suite à plusieurs essais vus sur Youtube et même si j’ai failli finir en BM car la Golf, comme toutes les caisses neuves, a eu un retard à la livraison de malade.

Depuis quelques mois je roule donc en 8R. J’ai déjà écrit quelques lignes et même fait une vidéo avec les Moutains Drivers pour en parler (mettre le lien).

Autant le dire tout de suite, je suis enthousiasmé par cette voiture, probablement car je ne m’attendais pas à cela. Je pensais trouver un véhicule puissant, orienté GT, un peu pataud sur les petites routes mais impérial sur les grands axes. Et j’ai trouvé une GT à tendance sportive assez forte.

D’abord c’est le retour chez Volkswagen après une longue période. En effet, ma première sportive a été une Golf 2 GTI

Cette dernière fut accompagnée d’une Golf 1 GTI 1800 comme voiture de course.

Donc un garage full racing, avec la Golf 2 abondamment préparée chez SportCar, l’ex société de Xavier du Castel, et la voiture de course aussi.

Et puis plus rien chez VAG, sauf à considérer que les Porsche sont finalement une marque du Groupe, ce qui est vrai en fait.

Donc pour moi, VW ce n’était pas la plus sportive, mais une auto efficace, rapide et solide. Elle est bien efficace et rapide, mais quelle sportivité ! Même en comparaison des reines de la catégorie que sont les Mégane RS, Civic Type R ou Audi S3.

Ce qui me séduit en premier c’est le look. Il est discret, presque banal de face, assez joli de profil et franchement agressif de dos avec les 4 pots Akrapovic, le diffuseur et le gros becquet. La couleur bleu Lapiz lui va super bien de même que les jantes de 19 du pack performance.

Une belle auto qui fait plaisir, même si tout le monde sait que j’ai adoré une auto aussi extrême que la Civic Type R. C’est autre chose mais j’aime et j’ai pas mal de retours positifs.

Ensuite, la pièce maitresse, c’est le couple moteur-boite. Quelle pompe à feu. Je doute vraiment que ce moteur ne fasse « que » 320cv tellement il envoie. Et surtout de 2000 tours à 7000 tours, c’est une pêche d’enfer, une réponse immédiate et un son assez sympa. Et ce moteur est secondé par une super boite double embrayage extrement rapide. Et qui dispose, grâce au pack performance d’un mode Nurburgring pour l’auto, ce mode intégrant un mode S+ pour la boîte totalement magique. La boîte anticipe toutes mes décisions et fait plus vite que moi au moment où je l’aurais fait (voire d’ailleurs la video des Moutain Drivers sur ce sujet). L’échappement Akra est relativement discret, mais quelques pang pang accompagnent le levé de pied et le passage de rapports. Rien à voir avec la Megane RS mais cela reste sympa et discret !

Alors est ce que ça marche avec autant de watts ? La réponse est oui grâce à 3 choses :

  • Une direction super précise et agréable
  • Des freins au top et infinis pour un usage routier (la question pourrait peut être se poser en circuit, mais je n’en fais pas) et dont la sensation à la pédale est vraiment top
  • Et un duo chassis-transmission super bien étudié.

La Golf dispose d’une transmission ultra sophistiquée, qui peut transférer du couple sur une seule des roues et qui aide à l’agilité de l’auto et à sa vivacité. Il n’est pas rare qu’en grosse attaque, avec toutes les aides déconnectées, on ait de légères dérives de l’arrière avec une auto qui enroule les virages (modérément mais réellement).

Un mot sur les différents modes :

  • Confort : au top en ville, sur autoroute ou quand on attaque pas. On arrive à faire autour de 7l /100 km à 130 au régulateur sur autoroute.
  • Sport : le mode par défaut qui sait tout faire, quand on est sur départementale sans attaquer
  • Drift : encore un truc qui ne m’intéresse pas une seule seconde n’étant pas un adepte des burns et doughnuts sur les parking de fastfoods !!!
  • Race : Intérêt moyen car un peu dur et pourrait être sympa sur un col super bien revetu
  • Nurburgring : développé spécialement pour ce circuit. Il passe automatiquement l’affichage en vert (en hommage à un des surnoms du circuit : l’enfer vert). J’adore ce mode et c’est celui que j’utilise pour le bolidage petites routes. Il absorbe bien, et l’auto est réactive en moteur et boîte. Et comme dit ci-dessus, il donne accès au mode S+ de la boîte.
  • Individual : je l’ai délaissé au début, et puis j’ai découvert qu’on avait 18 ou 19 crans de dureté des suspensions et que Race n’était pas l’extrême. J’ai donc configuré ce mode en full race avec les suspensions au plus dur. Je l’utilise très peu, mais quand je suis sur une route qui tourne et parfaitement revêtue, l’auto devient un kart avec un train avant assez solide !

Du coup, j’utilise beaucoup cette voiture, au quotidien, en bolidage et bien sûr l’hiver où je recommande les excellents Michelin Pilot Alpin 5 que j’ai sur 4 jantes d’origines en noir.

C’est donc une auto vraiment homogène, vraiment performante par tous les temps, spacieuse et super confortable. Et qui donne un plaisir de conduite vraiment surprenant. Elle me donne très envie de découvrir la phase 2 si elle sort car une version anniversaire, pour fêter les 20 ans de la Golf R, vient de sortir avec 333 cv. Donc on verra pour son remplacement dans 2,5 ans maintenant.

Fin juillet je suis parti du Vercors pour me rendre à Pau. J’ai décidé de prendre les petites routes jusqu’à Toulouse, puis l’autoroute de Toulouse à Pau :

  • 820 km
  • 11h02 de trajet
  • 74 kmh de moyenne
  • 10,4l de moyenne

J’ai emprunté de superbes routes en Ardèche, Haute-Loire, Lozère, Tarn, …. Et l’auto a été magique. Elle permet de tenir un rythme soutenu avec un tel plaisir dans le volant. On la place comme on veut, elle absorbe le vertical tranquillement et on est dans un confort de très bonne qualité. Et les palettes accompagnent le mouvement. Je n’ai rencontré que 2 portions de 20 et 10km qui ont mises l’auto en difficulté : très tournantes et assez bosselées. Si j’essayais un gros rythme l’auto finissait par un peu rebondir et se désunir. En passant en mode sport (plus souple) cela allait mieux. Mais sinon j’ai tout fait en mode Ring (sauf l’autoroute sur les derniers 200 km) et c’était parfait.

Malgré la chaleur, des enchainements de virages sans fin, en montée et en descente, les freins n’ont jamais bronché, que ce soit en puissance ou en sensation. Vraiment top, sachant qu’on a des disques sur bol alu de série, du gros donc !

Et franchement, quel moteur magique, des accélérations éclair, un tonus du diable. En même temps le groupe le connaît par cœur depuis toutes ces années. Ca ne consomme pas d’huile, ça ne chauffe pas et pourtant je lui ai beaucoup demandé.

C’est une auto très facile (tradition Golf), qui pardonne bcp mais qui en même temps, comme je l’ai beaucoup dit est vraiment sportive. La Megane Trophy R est bien sûr plus performante au chrono (en poussant beaucoup moins) grâce à son châssis et ses suspensions mais est aussi plus exigeante en pilotage.

Alors des critiques ?

Oui, bien sûr, une grosse et deux petites.

Expédions les petites :

  • Qu’est ce que c’est que ces pneus VW ??? Ok Hankook est une super marque et les Ventus S1 sont pas mal tant qu’on ne demande pas une conduite ultra sport à l’auto. Là ils lâchent l’affaire. Dés qu’ils seront cuits, je passerai en Michelin PS4S ou PS5S si ils sont sortis.
  • La procédure de départ, bon c’est pareil pour toutes les autos modernes, mais il y en ras le bol du start & stop anti-mécanique et qui n’est qu’une hypocrisie destinée aux tests CO2, mais le pire c’est : le lane assist, le front assist et toute la clique de bordels automatiques qu’il faut couper pour rouler … Je ne suis pas contre la sécurité mais qu’on puisse couper ces bidules une fois et pas le refaire à chaque démarrage !!!!  Je peux comprendre pour l’ESP, et je trouve même un intérêt à ces bidules de sécurité, mais qu’on me donne le choix de les mettre et qu’on ne m’oblige pas à rouler avec. Le front assist en particulier est vraiment dangereux car il peut déclencher un gros freinage sans vrai raison, parce qu’on est arrivé un peu vite sur une auto plus lente, qu’on avait anticipé, mais non … le bazar estime que je vais me tuer et plante les freins … Sympa si c’est en tournant ….

Alors le gros défaut me direz vous ? L’électronique d’une qualité lamentable et loin de la fameuse Deutsche Qualität tant vantée par VW …

Ma Golf comme toutes les Golf 8 a été livrée avec un bug du programme qui empêche de changer la configuration du tableau de bord avec la touche view quand l’auto est en … français (dans les autres langues ça marche, à croire que VW n’aime pas la France). L’écran central devient noir et il faut une procédure de reset pour retrouver un écran normal. Entre temps des mises à jours sont envoyées directement par l’usine à l’auto.

La dernière a planté complétement l’écran de contrôle central : plus d’accès au GPS, radio, clim, modes, téléphone …  bref à rien … et un tableau de bord arbre de Noël …

Heureusement lors de mon road trip, la concession VW de Pau a réglé le pb avec une clé USB envoyée par le constructeur qui écrase la mise à jour en 3 minutes et remet tout d’équerre sauf bien sûr mon bug de la touche View. Sur ce dernier point, toujours aucune nouvelle de VW pour une mise à jour. C’est pas grave et cela n’empêche pas de profiter de l’auto mais c’est indigne de livrer aux clients des autos en panne et de ne proposer aucune solution en 6 mois …. A se demander si il y aura une solution avant la fin de mon leasing.

Donc malgré tout un bilan ultra positif et une auto dont je suis fan absolu malgré ces irritations électroniques !  Et une super surprise à laquelle je ne m’attendais pas !